Vous êtes ici : 
Accueil du site > Pollution > Une situation critique > L’air dans les villes > L’air de la ville : un risque à long terme pour les enfants

A la une
Une hydrolienne entre en production
Une situation critique
Changement climatique
L’eau à un juste prix selon l’OCDE.
L’air dans les villes
L’automobiliste première victime de la pollution liée au trafic routier.
Les effets sur la santé
Particules fines mortelles
Informations générales
Capture et stockage du CO2
Solutions et mesures
Normes et règles
Vers un prix du gaz carbonique émis de 100 euros la tonne en 2030.
Actions contre la pollution
Baisse record des émissions de CO2 pour EDF en 2011
Energies alternatives
La centrale hydroélectrique au XXIe siècle : produire plus d’énergie renouvelable en préservant l’environnement
- mercredi 22 septembre 2004
L’air de la ville : un risque à long terme pour les enfants

Par Marie france Coutu
Les enfants qui grandissent en ville courent cinq fois plus de risque de souffrir de problèmes pulmonaires à l’âge adulte, selon une étude [1] publiée dans le New England Journal of Medecine.
Publicité

L’analyse des données recueillies indique aussi que l’exposition des enfants à des polluants atmosphériques sur une longue période pourrait entraîner une diminution permanente de 20 % de leurs capacités pulmonaires.

Les résultats de cette étude prospective - à laquelle ont participé 1 759 enfants âgés de 10 ans - indiquent que l’exposition à des polluants tels que le dioxyde d’azote, les émanations acides et les matières particulaires a entraîné une insuffisance de leur capacité pulmonaire. Recrutés dans les écoles de 12 collectivités californiennes, ces jeunes enfants ont fait l’objet d’un suivi pendant huit ans, période au cours de laquelle on a évalué de façon régulière leurs capacités pulmonaires. Parallèlement, on a analysé le contenu d’échantillons d’air recueillis quotidiennement par l’entremise de stations de monitorage.

Les chercheurs ont ajusté les résultats en fonction de multiples facteurs, dont l’indice de masse corporelle, le sexe, l’origine ethnique et le diagnostic d’asthme, le cas échéant. Leur analyse démontre que tous les enfants risquent de subir des effets négatifs chroniques lorsqu’ils respirent de l’air pollué. Les auteurs expliquent que les effets observés chez les participants à leur étude pourraient accroître leur vulnérabilité à souffrir de maladies respiratoires chroniques, lorsqu’ils avanceront en âge.

En cette Journée internationale sans voiture, cette étude vient rappeler qu’une des principales sources de pollution de l’air urbain demeure la circulation automobile. Les oxydes d’azote sont produits quand un véhicule brûle l’azote présent dans l’air. Les matières particulaires rassemblent des fragments microscopiques de diverses origines qui se déposent dans les poumons. Les émanations d’acides, elles, proviennent surtout des procédés de fabrication industrielle.

D’après Agence Science-Presse


Notes :

[1] Gauderman WJ, Avol E, Gilliland F, et al, The effect of air pollution on lung development from 10 to 18 years of age, New England Journal of Medicine, Septembre 2004, Vol. 351, No 11, 1057-67.

Sources : Réseau Proteus
< précédent Haut de page suivant >


L’air dans les villes
Archives

Publicité