Vous êtes ici : 
Accueil du site > Magazine > Archives > 2005 > Mai 2005 > Economie_Finance > Hausse du pétrole : Patrick Devedjian propose que l’euro devienne une monnaie de facturation


Mai 2005
Edito
"Downsizing" : ou comment réduire la consommation
A la une
Faible consommation et émissions de CO2 : les meilleures voitures
Une campagne pour sauver de la destruction des véhicules électriques
Toyota Prius au GPL
Les Énergies Renouvelables en fête !
Dossiers du mois
Transport propre
Véhicules du futur
Energie
Peak Oil and Gas
Economie_Finance
Societe
International
Breves_du_mois
Paris - dimanche 10 avril 2005
Hausse du pétrole : Patrick Devedjian propose que l’euro devienne une monnaie de facturation

Le ministre délégué à l’Industrie Patrick Devedjian a proposé dimanche que l’euro devienne une monnaie de facturation du pétrole, afin de faire face à l’instabilité des prix du baril.
Publicité

"C’est un sujet de préoccupation très lourd, parce que le prix est évidemment très élevé", a-t-il observé lors du "Forum" de Radio J, alors que les prix du baril ont dépassé les 58 dollars dans la semaine. "Dans ce prix, il y a une part de spéculation très forte. Il y a environ 15 dollars minimum par baril qui sont de la pure spéculation".

"On pourrait insister sur le plan international, afin d’avoir une meilleure stabilité, pour que l’euro devienne monnaie de facturation du pétrole", a poursuivi M. Devedjian. "C’est une position politique que l’Europe pourrait soutenir. Nous proposons à l’Europe d’avoir cette politique-là".

"Ça serait un panel, il ne faut pas rêver. Il n’y aura pas que l’euro dans le prix de facturation", a précisé le ministre.

Patrick Devedjian a également cité d’autres propositions pour déjouer cette spéculation, comme le recours aux énergies alternatives et la gestion des stocks européens. "Tous les stocks stratégiques que chacun des pays a représente en masse globale quelque chose d’important. Et si nous donnions une visibilité, nous adresserions un signal à la spéculation, en leur disant, ’nous aussi, nous pouvons jouer sur le marché’", a-t-il déclaré.

Enfin, a-t-il ajouté, "nous pourrions essayer, entre pays détenant des stocks importants, d’intervenir carrément sur le marché quand il y a une spéculation forte à la hausse, pour vendre des stocks et racheter quand c’est bas".


Sources : AP
< précédent Haut de page


Archives mag

Publicité